Peter Hellmich, le caméraman muet

Les mains et le visage de Peter Hellmich 
Santiago, janvier 1974. Peter Hellmich (ses mains, à gauche de l'image) règle la caméra qui filmera l'interview du général Augusto Pinochet conduite par Miguel Herberg. Peter Hellmich fait "tourner" la caméra, mais n'est en rien l'auteur de l'interview. Il est caméraman, ni plus, ni moins. Certes, un caméraman associé en 1973 et particulièrement en janvier et février 1974 à des reportages périlleux réalisés à l'initiative et sous la seule direction de Miguel Herberg. Photo : Miguel Herberg

Santiago, janvier 1974. Peter Hellmich (ses mains, à gauche de l’image) règle la caméra qui filmera l’interview du général Augusto Pinochet conduite par Miguel Herberg.
Peter Hellmich fait « tourner » la caméra, mais n’est en rien l’auteur de l’interview. Il est caméraman, ni plus, ni moins. Certes, un caméraman associé en 1973 et particulièrement en janvier et février 1974 à des reportages périlleux réalisés à l’initiative et sous la seule direction de Miguel Herberg.
Photo : Miguel Herberg

À l'occasion de l'interview du général Pinochet, Peter Hellmich face à l'amiral Ismaël Huerta photographié par Miguel Herberg en janvier 1974.

À l’occasion de l’interview du général Pinochet, Peter Hellmich face à l’amiral Ismaël Huerta photographié par Miguel Herberg en janvier 1974.

Gehrard Scheumann jusqu’à sa mort en 1998 et Walter Heynowski pendant près de 40 ans, ont affirmé avoir personnellement tourné les reportages et les interviews au sein de la droite et l’ultra-droite chilienne en 1973, les interwiews du général Pinochet et du général Leigh et le reportage dans les camps de prisonniers de Chacabuco et Pisagua en janvier 1974. Tournages qu’ils présentaient réalisés avec le caméraman Peter Hellmich. Cet ensemble de reportages et interviews ont nourri une part essentielle des dix films et courts-métrages sur le Chili du Studio H& S, réalisés entre 1974 et 1983.

Entre 2011 et 2013, Mathias Remmert, producteur au studio H&S, et Walter Heynowski lui-même ont changé le scénario et crédité la direction de ces interviews et reportages au seul Peter Hellmich.

Les soutiens chiliens d’Heynowski et Scheumann ont défendu avec le même acharnement  les deux scénarios successifs – avec Heynowski et Scheumann dans les premiers rôles jusqu’en 2012, et sans eux depuis lors –, ceci, sans y voir le moindre problème, la moindre contradiction.

Que dit Peter Hellmich ? Peter Hellmich ne dit rien, il se tait. Il refuse d’évoquer devant des journalistes ou des chercheurs universitaires les conditions de tournage des reportages au cœur de l’extrême-droite chilienne en 1973 et dans les camps de la junte en 1974. On ignore d’ailleurs comment contacter Peter Hellmich.

Peter Hellmich : co-auteur. À gauche, la couverture du livre édité l'été 1974 par les éditions d'état de la RDA pour préparer la sortie du film Ich war, ich bin, ich werde sein. À droite, l'affiche d'UNI/CI/TÉ pour la sortie du film en septembre 1975 à Paris. On verra que les variantes "Heynowski & Scheumann . Peter Hellmich", "Heynowski et Schemann / Peter Hellmich" – on trouve aussi "un film de Heynowski et Scheumann, Peter Hellmich" – ne sont pas sans signification.

Peter Hellmich : co-auteur.
À gauche, la couverture du livre édité l’été 1974 par les éditions d’état de la RDA pour préparer la sortie du film Ich war, ich bin, ich werde sein.
À droite, l’affiche d’UNI/CI/TÉ pour la sortie du film en septembre 1975 à Paris.
On verra que les variantes « Heynowski & Scheumann . Peter Hellmich », « Heynowski et Schemann / Peter Hellmich » – on trouve aussi « un film de Heynowski et Scheumann, Peter Hellmich » – ne sont pas sans signification.

Le silence de Peter Hellmich, qui a permis à Walter Heynowski et Gehrard Scheumann de s’attribuer pendant 40 ans la direction des tournages des reportages et interviews réalisés sous la direction de Miguel Herberg en 1973 et 1974 au Chili, est de toute évidence le résultat d’un accord entre les trois. Meilleur témoin de leur imposture, Peter Hellmich s’est vu reconnaître comme co-auteur en échange de son silence. Le nom de Peter Hellmich s’est ainsi affiché comme co-auteur sur de nombreux documents dans le même caractère typographique que ceux d’Heynowski et Scheumann. Mais un « co-auteur », le seul des trois a avoir réellement participé au tournage comme caméraman, cependant tenu de se taire. À part la prétendue discussion avec Pedro Chaskel où il aurait affirmé n’avoir jamais entendu parlé de Miguel Herberg…  nous n’avons pour l’instant trouvé aucune trace de ses interventions sur les films chiliens du Studio H&S.

Il faut reconnaître qu’un refus de Peter Hellmich de laisser les deux « héros » Heynowski et Scheumann s’attribuer les rôles principaux dans ces « exploits » lui aurait sans aucun doute coûté son travail au Studio H&S. Son passeport ouest-allemand – une  relative protection cependant face à d’éventuelles initiatives de la STASI dont Gerhard Scheumann est réputé avoir été collaborateur actif – l’a mis en situation de négocier et il a obtenu d’apparaître comme co-auteur. Rappelons qu’il n’était pas d’usage dans le monde du cinéma et du documentaire – à l’Est, comme à l’Ouest, et pas plus aujourd’hui –, d’afficher le nom d’un caméraman, dont le rôle s’est strictement limité à filmer, comme co-auteur d’un documentaire.

Le rôle de Peter Hellmich au Chili était celui d’un caméraman strictement confiné à cette tâche : faire tourner une caméra dans des situations dont Miguel Herberg avait l’initiative. La marge de manœuvre d’Hellmich pendant les interviews était d’autant plus réduite qu’il ne comprenait pas l’espagnoll. Pour épaissir son rôle afin de justifier un affichage comme co-auteur, Heynowski et Scheumann lui ont attribué dans les génériques celui de documentaliste « Peter Hellmich : jefe de camera y documentación« .

Comme le soulignait Jacqueline Mouesca « les films les plus importants [de Heynowski et Scheumann] sont La guerra de los momios, Yo fui, yo soy, yo seré, et  El golpe blanco, qui forment une trilogie où les cinéastes  parviennent à montrer le coup d’État militaire depuis ses trois angles principaux : les préparatifs et antécédents, son exécution et ses conséquences« . Observons les génériques de ces trois films, d’abord en entrée, puis le générique de fin :

En entrée des trois premiers films d'H&S sur le Chili : Una película Heynowski & Scheumann Peter Hellmich

En entrée des trois premiers films d’H&S sur le Chili :
Una película Heynowski & Scheumann
Peter Hellmich

Génériques de fin : certes, Peter Hellmich est le "camarógrafo". Mais la "documentación",  est réunie par  Herberg pour préparer ses interviews que filme le caméraman.

Génériques de fin : certes, Peter Hellmich est le « camarógrafo ». Mais la « documentación », est réunie par Herberg pour préparer ses interviews que filme le caméraman.

Ces trois films, les trois premiers consacrés au Chili, installeront Heynowski et Scheumann dans le panthéon des documentaristes. Dès le premier de ces trois films, La guerra de los momios, Peter Hellmich apparaît en entrée comme co-auteur. Dans le générique de fin, sont distingués Heynowski & Scheumann pour le scénario et la direction et Peter Hellmich comme chef cameraman et documentaliste. Une documentation dont il n’a jamais eu la charge et qu’il aurait été d’ailleurs bien en peine de réunir à cause de la barrière de la langue.

Sur le générique du premier film d'H&S sur le Chili, Miguel Herberg se voit attribuer une modeste "Colaboración en Chile" ("Arbeit in Chile" dans la version originale en allemand). Puis... plus rien dans tous les autres films.

Sur le générique du premier film d’H&S sur le Chili, Miguel Herberg se voit attribuer une modeste « Colaboración en Chile » (« Arbeit in Chile » dans la version originale en allemand).
Puis… plus rien dans tous les autres films.

Sur les génériques, le sort de Miguel Herberg est réglé en deux étapes : son nom est cité tout à la fin du générique du premier film,  La guerra de los momios : « Colaboración en Chile » (Arbeit in Chile, dans la version originale allemande »), une mention qui ne rend déjà aucunement compte de l’importance de sa participation. La deuxième étape verra son nom disparaître… Il ne réapparaîtra jamais dans aucun des neuf films et courts métrages suivants de H&S sur le Chili. L' »exploit » de Chacabuco et Pisagua, traité dans le second film d’H&S, Yo he sido, yo soy, yo seré, ne saurait avoir comme premiers héros que Walter Heynowski et Gerhard Scheumann, héros communistes de la RDA.

Peter Hellmich pris en photo par Miguel Herberg (photo entourée en jaune). Sur la même planche contact, on reconnaît Onofre Jarpa (en haut à gauche), Julio Bazán (les 3 photos en haut) , le général Cano,  Pablo Rodriguez (Patria y Libertad) et en bas Francisco “Gabito” Hernández (sorte de Philippe Henriot de la junte, sur Radio Agricultura)... Herberg avait déjà interviewé Jarpa, Bazán, Rodriguez et Hernandez en 1973, mais cette planche contact correspond à des interviews de février 1974.  On retrouve des extraits d'une partie de ces interviews – que Walter Heynowsky et Gerhard Scheumann s'attribuent généreusement – dispersés dans les films du Studio H&S.

Peter Hellmich pris en photo par Miguel Herberg (photo entourée en jaune).
Sur la même planche contact, on reconnaît Onofre Jarpa (en haut à gauche), Julio Bazán (les 3 photos en haut) , le général Cano, Pablo Rodriguez (Patria y Libertad) et en bas Francisco “Gabito” Hernández (sorte de Philippe Henriot de la junte, sur Radio Agricultura)…
Herberg avait déjà interviewé Jarpa, Bazán, Rodriguez et Hernandez en 1973, mais cette planche contact correspond à des interviews de février 1974. On retrouve des extraits d’une partie de ces interviews – que Walter Heynowsky et Gerhard Scheumann s’attribuent généreusement – dispersés dans les films du Studio H&S.

Notons que cette seule mention de Miguel Herberg dans ce générique fait litière de l’affirmation de Mathias Remmert colportée par Isabel Mardones, Patricio Guzman, Ricardo Brodsky et d’autres selon laquelle Miguel Herberg n’était pas au Chili en 1973. Bon gré mal gré, Peter Hellmich a marché dans cette combine où il a trouvé des avantages certains. Mais nous doutons qu’à un festival de Leipzig, Hellmich soit allé jusqu’à affirmer à Pedro Chaskel n’avoir jamais entendu parler de Miguel Herberg (Chaskel : « de Miguel Herberg no había oído nunca« ). Une telle affirmation d’Hellmich à Chaskel est d’autant moins crédible, qu’outre les apparentes bonnes relations que maintenaient Herberg et Hellmich sur le terrain au Chili, ce dernier savait parfaitement qu’Herberg l’avait pris en photo à plusieurs occasions comme en témoigne notamment la planche contact ci-dessus. Un faux-témoignage de Chaskel est le plus vraisemblable.

En 2012, via Mathias Remmert et Isabel Mardones, et en 2013 à travers les propres déclarations de Walter Heynowski au journal Neues Deutschland (11-09-2013), Peter Hellmich a pris du galon. L’absence d’Heynowski et Scheumann enfin avouée, Peter Hellmich est devenu l’homme-orchestre de ces reportages, l’unique journaliste maître-espion des documentaires d’H&S sur le Chili. Mais toujours aussi taiseux, Peter Hellmich s’est bien gardé d’intervenir. Gerhard Scheumann est mort en 1998, Walter Heynowski vit toujours et, nous le pensons, Peter Hellmich aussi. En attendant qu’il parle enfin, voici deux autres photos prises par Miguel Herberg en 1973 au Chili où il apparaît.

À gauche, photo prise le 30 mars 1973 : Peter  Hellmich devant Enrique  Diethelm (au centre), Egon Winkler et Helmut Daetz, trois militants de Patria y Libertad d'origine allemande. À droite, photo prise le 12 avril 1973 : Peter Hellmich filme sous la direction de M. Herberg dans la maison de l'ancien président Gabriel González Videla (assis, au milieu de sa famille). En 1948, Videla avait relégué les dirigeants communistes à Pisagua. Photos : Miguel Herberg.

À gauche, photo prise le 30 mars 1973 : Peter Hellmich devant Enrique Diethelm (au centre), Egon Winkler et Helmut Daetz, trois militants de Patria y Libertad d’origine allemande.
À droite, photo prise le 12 avril 1973 : Peter Hellmich filme sous la direction de M. Herberg dans la maison de l’ancien président Gabriel González Videla (assis, au milieu de sa famille). En 1948, Videla avait relégué les dirigeants communistes à Pisagua.
Photos : Miguel Herberg.

Peter Hellmich (note 1) se tait d’abord parce qu’il sait ne pas être en mesure à la fois de prétendre être l’auteur des interviews et reportages que les soutiens d’Heynowski et Scheumann lui attribuent et de répondre de manière cohérente aux questions précises qu’on lui poserait à ce propos.
Les auteurs : "Heynowski & Scheumann . Peter Hellmich"

Les auteurs : « Heynowski & Scheumann . Peter Hellmich »

Si un journaliste, ou un chercheur, arrivait jusqu’à Peter Hellmich et était capable de lui poser les bonnes questions, Hellmich serait obligé de reconnaître son rôle strict de caméraman en moins de deux minutes. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a jusqu’ici refusé toute interview.

Peter Hellmich ne comprenait pas un mot d’espagnol et était en conséquence dans l’incapacité de réunir la moindre documentation pertinente sur les sujets qu’il a filmés sous la direction de Miguel Herberg.
Comme nous le démontrons dans l’article suivant à partir de trois pages d’un livre qu’il signe comme co-auteur, Anflug auf Chacabuco, Peter Hellmich est même incapable de reconnaître son propre nom dans une phrase de six mots, manuscrite, qu’on lui adresse en espagnol :

Peter Hellmich et son double,  le prisonnier de guerre A. Peter

* * *

Note 1 :

La gare Mapocho de Santiago, le 4 mars 1973. On retrouve  une séquence "Mapocho" tournée par Herberg/Hellmich dans le film du Studio H&S "El golpe blanco" (44'40''). – Photo Miguel Herberg.

La gare Mapocho de Santiago, le 4 mars 1973.
On retrouve une séquence « Mapocho » tournée par Herberg/Hellmich dans le film du Studio H&S « El golpe blanco » (44’40 »).
– Photo Miguel Herberg.

Ajoutons ce témoignage personnel à propos de Peter Hellmich et Miguel Herberg. Isabel Santi et moi-même les avons rencontrés le 4 mars 1973, à la gare Mapocho de Santiago du Chili. Peter Hellmich filmait sous la direction de Miguel Herberg le déroulement des élections législatives  (photo ci-dessus).

Isabel Santi avait reconnu Miguel Herberg pour l’avoir rencontré à Paris dans les années 60. Pour ma part je le voyais pour la première fois.

Mars 1973, Santiago, Black & White. Photo d'Isabel Santi, avec les conseils avisés de Peter Hellmich.

Mars 1973, Santiago, Black & White. Photo d’Isabel Santi, avec les conseils avisés de Peter Hellmich.

Dans la semaine qui a suivi ces élections, nous avons passé Isabel Santi, Miguel Herberg, Peter Hellmich et moi-même, une soirée au Black and White, un boliche, au centre de Santiago, apprécié des amateurs de tango. Une soirée au Black and White avec Herberg et Hellmich dont la photo ci-dessus en est la trace : compagnon sympathique, Peter Hellmich ne parlait pas un mot d’espagnol et c’est dans un anglais approximatif qu’il a suggéré les réglages d’ouverture et vitesse à Isabel pour prendre une photo sans flash avec un appareil Pentax qu’elle commençait à apprivoiser.

Nous reverrons à plusieurs reprises Herberg et Hellmich ensemble pendant le mois de mars 1973, notamment dans la chambre qu’ils partageaient à l’Hôtel Carrera – une  chambre avec vue sur La Moneda, la même, ou une chambre très semblable, d’où Hellmich enregistrera avec sa caméra le 11 septembre 1973 un des rares films de l’attaque et l’incendie du palais présidentiel.

* * *

(Pour être tenu informé de la date de la mise en ligne des prochains articles, abonnez-vous en page d’accueil (colonne de droite) .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *