ESCALES D’AUTOMNE DU CONSEIL GÉNÉRAL

cac Mardi 25 novembre, 20h30

 Compagnie Le Théâtre décomposé 

 « Décidement bleu »

 Conception et interprétation : Eric Durand

 Théâtre tout public et familial à partir de 12 ans

 Un adolescent un peu naïf nous invite à pénétrer dans son univers tourmenté où les mots et le corps s’entrechoquent dans un rythme fulgurant. Il a décidé d’écrire un roman sur ses grands-parents. Au fil des chapitres se révèlent ses peurs, celles de la mort et de la vieillesse mais aussi son attirance pour Lucie, débordant de vie. La composition au piano de Vianney Oudart vient scander son histoire et enrichir cet univers poétique, surprenant, touchant. 457

TARIF 12€ ET 9€ (TARIF RÉDUIT)

 Conception et interprétation : Eric DURAND

 Musique et arrangements : Vianney OUDART

 Création lumière : Guillaume LECLERCQ

 Spectacle Tout Public et familial à partir de 12 ans

 Théâtre / Musique

 Durée : 55 minutes

 >> Synopsis

 La vie a un début. Et si elle n’avait pas de fin ?

 Le personnage de la pièce, adolescent, en rêve.

 Il décide d’écrire un roman sur ses grands-parents : « Vers le ciel, bleu ».

 A l’écriture du dernier chapitre, le dixième, le petit monde du personnage bascule en un délire mal maîtrisé.

 Peur de la vieillesse, peur de la mort chez cet adolescent en quête d’immortalité…

 Le spectateur assiste à la folle nuit de l’adolescent : une boîte à la mode, Lucie aux cuisses blanches, la pluie sur les carreaux, la maison des grands-parents où Lucie crèche pour le week-end, le maquillage du grand-père…

 Le seul personnage de la pièce (Eric Durand) nous invite à pénétrer dans son univers tourmenté où les mots et le corps s’entrechoquent dans un rythme violent. La musique au piano (Vianney Oudart) vient enrichir cet univers de sonorités étranges et surprenantes.

 « Un spectacle fait de mouvements : le personnage s’éclate dans l’espace, il se recroqueville, il marche sur les murs, il tague le sol des empreintes de son corps…

 L’histoire se joue et se déjoue dans le temps, se déroule en séquences, proche en cela du cinéma… les images s’imbriquent les unes dans les autres… »

 Nord-Eclair

 « Déroutant, intelligent, ce spectacle a de quoi faire grimper aux murs ! »

« En passant poésie et ironie à l’épreuve des barres parallèles, en pliant dramatique et chorégraphie en de subtils chassés-croisés, bref en plaquant conformisme et médiocrité au tapis de l’audace, la Compagnie du Théâtre Décomposé accomplit une gymnastique artistique littéralement fulgurante. Le mot n’est point fort. On appelle également cela le talent. »

 La Voix du Nord « Eric Durand parvient à draper de poésie et de justesse le regard que l’on peut porter sur la grande faucheuse. Et si son personnage semble d’une naïveté édifiante, au sens premier du terme, son hymne à la vie, alors qu’il vient de tomber amoureux d’une Lucie bourrée de vie, finit par devenir terriblement touchant et pénétrant, lancinant et fort comme l’est l’irrémédiable conviction qu’il faut vivre sa mort. »

 La Dépêche du Midi

 Décidément bleu : Une Histoire qui se déroule comme un film

 Un adolescen Un manuscrit, une écriture…

 L’histoire de ses grands-parents, ceux qu’on voit le week-end, en famille…

 Neuf magnifiques chapitres et … le dixième…

 Il est 19h02 et Pépé n’est toujours pas rentré – il lui reste quelques mètres à parcourir, sous une pluie battante, sous un ciel noir, avec ses veines gonflées, avec sa bêche et sa salopette bleue, avec ses lèvres abîmées, avec son haleine de gitane Maïs, avec son souffle rauque, avec son béret qui sens le vieux. Pépé est vieux. Il est 19h03.

 Mémé est assise – Son cœur bat au rythme de l’horloge qui dirige le temps, Mémé a oublié le temps, Mémé s’en fout du temps – Elle regarde le temps qu’il fait dehors. Mémé est seule au monde désormais.

Une nuit pour écrire…

 Une nuit pour écrire M’sieur, c’est pas beaucoup mais ç’est assez parce que les choses s’enchaînent et tu peux pas t’arrêter parce que les mots ne s’arrêtent pas.

 Alors t’écris M’sieur – toute une nuit – tu prends une feuille, tu la remplie, tu la déchire parce que ça ne va pas puis tu en prend une autre et puis ça vient, ça ne s’arrête pas alors tu continue et il est 5 h du mat, peut-être 6 h du mat et t’as finis.

 Il pleuvait cette nuit là, c’est certains…

 Oui, les histoires d’eau ça me fait flipper et ça me fera toujours flipper ça j’l’ai déjà dit.

 Une nuit qui défile comme un film…

 Et puis tu te retrouve là comme un con et t’es l’acteur principal d’un film.

 Pépé et Mémé. Les vieux…

 Ils ont été jeunes, mais pour l’adolescent, ils seront toujours vieux

 Le corps vieillit, c’est normal…

 « J’viens du ventre de ma mère, un point c’est tout. De sa chair et de son corps je suis venu au monde. Après mon corps a grandit au milieu du monde.

 J’veux pas vieillir moi M’sieur.

 Vous êtes vieux M’sieur.

 Vous aussi un jour vous vous arrêterez au pied d’un arbre. Vieux, un arbre vieux comme vous, usé, un arbre usé, comme vous. Vous aussi un jour votre clope tombera du coin de vos lèvres et s’enfoncera dans un sol gorgé d’eau, comme le sol du jardin de Grand-Père.

 Vos yeux alors s’ouvriront, chassant les rides qui tombent. Et c’est avec des yeux d’un blanc splendide que vous regarderez l’arbre – Observant d’abord la base puis remontant jusqu’à la plus haute branche, celle qui s’élève fièrement vers un ciel bleu pur.

 Couleur préférée ?

 Le bleu M’sieur – Suis obligé d’aimer cette couleur – C’est la couleur du ciel de grand-père.

 Fais attention à ne pas trop vieillir M’sieur. »

 Il est jeune, il ne comprend pas, il ne veut pas comprendre…

 Si j’aime les vieilles personnes ?

 Oui, j’aime les vieilles personnes.

 J’pourrais t’en parler des heures des vieilles personnes avec des mots qui seraient les plus jolis que j’pourrais trouver pour parler des vieilles personnes.

 J’pourrais t’en parler avec des tas de jolis mots, des tas de jolies couleurs et avec des trucs trop jolis qui te feraient presque pleurer M’sieur.

 Lucie danse, en robe, sur la table d’une boîte à la mode…

 20 ans. Lucie a 20 ans. Un anniversaire. C’est la fête. Lucie danse. Lucie danse en robe sur la table d’une boîte à la mode. 20 ans. Lucie a 20 ans et Lucie danse en robe sur la table d’une boîte à la mode sur une de ses musiques préférées avec son 90 ou peut-être 80 de tour de poitrine et ses fesses plates, définitivement plates.

 21 h 32, il est 21 h 32, Lucie est à côté de moi.

 Il est 00 h 56 et moi j’écoute Lucie – J’me fous complètement de ce qu’elle dit mais elle a une belle voix alors j’l’écoute…

 Il est peut-être 1 h 37 du mat quand J’m’approche de Lucie, lui parcours le corps avec mes mains et l’embrasse.

 Il est peut-être 2 h 31 quand je suis à côté d’elle, nu, en train de tirer sur ma cigarette, dernière bouffée.

 Et Mémé est assise, devant la fenêtre, elle regarde l’eau tomber…

 Il n’y aura pas d’arrêt. Mais une vie sans limite.

 Au milieu des allées de fraisiers du grand-père.

 Et mémé qui attendra qu’on rentre du jardin – assise près de la fenêtre, lisant les catalogues…

 Et Pépé qui bêchera, inexorablement. Avec des veines gonflées par l’effort.

 Avec sa salopette bleue.

 Nous réécrirons l’histoire ensemble.

 Le noir cédera la place au bleu, le ciel sera bleu. Décidemment…

 Et y’aura pas de dixième chapitre.

 Non, y’aura pas de dixième chapitre.

 Y’aura Pépé et Mémé étincelants comme c’est pas possible.

 Y’aura Pépé et Mémé avec des tas de jolies couleurs et des tas de jolis sourires

 

 Présentation de la Compagnie Le Théâtre Décomposé

 Théâtre / Danse

 Le Théâtre Décomposé / Eric Durand Le Théâtre Décomposé, compagnie professionnelle, a été fondée en 2000 par Eric Durand à Lille. Elle s’implante dans les Hautes-Pyrénées, à Vic-En-Bigorre, en novembre 2012. Après 12 ans de travail de recherche et de créations en région Nord Pas De Calais, la compagnie souhaite se donner un nouveau souffle en s’implantant en milieu rural et ainsi rapprocher les œuvres et les artistes des habitants les plus éloignés de l’offre culturelle. Sortir des grandes agglomérations, se confronter à un public moins « aguerri » à la chose culturelle, sensibiliser les publics de demain… tels sont les enjeux et les objectifs que la compagnie souhaite se donner.

 Faire découvrir au public la création contemporaine telle que nous l’abordons, la rendre accessible est un leitmotiv pour le Théâtre Décomposé.

 Menant un travail théâtral résolument tourné vers la danse et la mise en scène du corps, le travail chorégraphique est indissociable de l’ensemble des créations de la compagnie.

 Au fil de ses créations, Eric Durand collabore régulièrement avec les danseurs / chorégraphes issus du Centre Chorégraphique National à Roubaix dirigé par Carolyn Carlson : Hartmut Reichel, Céline Maufroid, Géraldine Chatelain…

 « Un moment dansé remplace parfois un paragraphe entier et je conçois mes pièces comme un monologue aéré par le mouvement. Quand il n’y a plus de mots, c’est le corps qui parle. » (entretien avec… Sortir – Autrement dit – nov 2003)

 Des créations théâtre/danse :Auteur de plateau, Eric Durand crée ses spectacles en fonction des potentiels interprètes qu’il rencontre et propose des spectacles où le texte se décline en de multiples variations chorégraphiques. Le texte nous invite à voyager dans un univers souvent violent mais qui souhaite dédramatiser les réalités du monde. Jouant avec le temps, les histoires se jouent et se déjouent, se déroulent en syncopes, en séquences, proche en cela du cinéma. Les échantillons de vie s’imbriquent au fur et à mesure que l’intrigue se dévoile.

 Depuis 2006, Eric Durand a souhaité travailler pour le public spécifique que représente le monde des adolescents en créant des spectacles autour de sujets sensibles ; l’abus sexuel, la violence dans les établissements scolaires, le suicide chez les adolescents, l’addiction à l’Internet.

 Créations de la compagnie : Dédale, 2001 ; Rêve d’(Elle), 2002 ; Vers le ciel bleu, 2003 ; Chambre 234, 2004 ; Sentiment plastik, 2005 ; Tango 18, 2006 ; Blanc éphémère, 2007 ; Sommeil, 2008, Soixante, 2010 ; Reset(…), 2012 ; Décidément, bleu, 2013.

 Blanc Ephémère – création 2007 Vers le ciel, bleu – création 2003 Reset(…) – création 2012

 Parmi les lieux qui ont coproduit ou / et accueilli les spectacles de la compagnie, ont peut citer notamment La Maison Folie Wazemmes à Lille, Le Manège Mons-Maubeuge, scène nationale – La Rose des Vents, scène nationale de Villeneuve D’ascq – La condition Publique à Roubaix – L’Hospice d’Havré, lieu d’arts et d’échanges à Tourcoing – Le Pari à Tarbes – Festival les Mouvementés à Mimizan.

 Des petites formes contemporaines et performances (théâtre/danse) : Que ce soit à l’occasion d’un festival créée par la compagnie « 5 = 5, petites expérimentations… théâtre et danse », un festival de formes courtes, un vaste laboratoire de formes contemporaines, ou bien à l’invitation de plusieurs festivals en France, divers travaux scéniques utilisant un langage corporel et musical sont nés. Ainsi, Tommy, qui se voulait une « expérience » scénique avec la matière « EAU » a rencontré son public et en devenant un spectacle, a été diffusé de nombreuses fois en région Nord-Pas-de-Calais mais aussi au niveau national depuis 2007 (Théâtre Gérard Philippe à Wasquehal-59, Théâtre de Pontault-Combault-77, Festival Les Mouvementés à Mimizan-40, Centre musical Les Arcades-59, Le Temple à Bruay La Buissière

 A son arrivée en 2012 en Hautes-Pyrénées, la compagnie dessine le spectacle Jimmy. Dormira ? Dormira pas ? Petite forme destinée au tout jeune public maternelle et début de primaire, le spectacle sera joué une cinquantaine de fois en 2013 directement à l’intérieur des écoles ou bien lors de festivals dédiés au jeune public (Tournées dans les départements des Hautes-Pyrénées, de Pyrénées Atlantique, du Gers, de Haute-Garonne, des Landes, du Nord).

 Petites formes/performances créées depuis 2007 : 10+10=20, 2007 ; Plastik, 2007 ; Tommy, 2007 ; Y divise Y, 2007, Epouvantail(s), 2008, Collé, 2008 ; Mademoiselle, 2008 ; Chapitre 3, 2008 ; Le fil, 2009 ; ACDC dans ta chambre, 2011 ; Jimmy dormira ? Dormira pas ? en 2012.

Tommy – 2007 Epouvantail(s) – 2008 10+10=20 – 2007 Le fil - 2009

 Des projets mêlant théâtre et musique, avec une attention toute particulière pour la mise en scène de chœurs : C’est par diverses rencontres avec le milieu musical, plus particulièrement celui du chant choral et de l’art lyrique qu’Eric Durand a développé ses compétences dans ce milieu. D’abord professeur d’expression corporelle au sein d’une Maitrise d’enfants, il a très vite été demandé pour mettre en scène des programme musicaux avec des chœurs.

 Il signe plusieurs mises en scène avec la Maitrise Boréale en région Nord Pas De Calais avec laquelle il sera amené à réaliser en 2006 un spectacle commandé dans le cadre du festival Piano de l’Orchestre National de Lille dirigé par JC Casadesus : Golden Vanity de B. Britten. L’année suivante, il mettra en scène un programme dédié à W.A. Mozart.

 En 2007, le jeune compositeur Aurélien Dumont issu du CNSM de Paris, lui commande la mise en scène de son premier opéra  Villa des Morts, variations pour le repli. En 2009, 3 Maison Folies (lieux de création et de diffusion nés de Lille 2004 – capitale européenne de la culture) lui confient la mise en scène d’un grand projet autour du chant choral, une scène transfrontalière amateur impliquant près de 170 choristes français et belges : Hors-Chants. En 2012, il met en œuvre un vaste projet participatif coproduit par la Ville de Lille et impliquant une quarantaine de musiciens amateurs et le jeune contre-ténor brésilien Rodrigo Ferreira autour du groupe mythique de rock ACDC : My friends are gonna be there too.

 Sur ce sujet spécifique de la « représentation des chœurs », il est souvent appelé à témoigner de son expérience et à former les acteurs de ce milieu au sein des réseaux associatifs et de l’Education Nationale (formation au sein du PREAC musique et voix NPDC, Sceren-CNDP, intervention pour les Missions Voix régionales, 27ème heure artistique – DRAC Nord Pas De Calais…).

 Un travail sincère de sensibilisation et d’accompagnement au spectacle :

 Depuis de nombreuses années, Le Théâtre Décomposé travaille à la sensibilisation des publics et propose un travail spécifiquement adapté : représentations scolaires, projets participatifs ; La compagnie est souvent à la naissance d’actions culturelles spécifiques associées à ses projets de créations pour sensibiliser les publics au spectacle vivant mais aussi au processus de création : répétitions publiques gratuites, sensibilisation dans les écoles, interventions directes pour les publics difficiles et parfois handicapés, ateliers d’écriture etc…

 De solides et enrichissantes collaborations naissent au fur et à mesure des créations.

 En 2006, le spectacle Tango 18 fait l’objet d’une étude dramaturgique et scénographique par les étudiants de l’Ecole Nationale d’Arts appliqués et Textile de Roubaix.

 En 2007 et en amont de la création de Blanc éphémère qui aborde la question des violences en milieu scolaire, Eric Durand encadre des ateliers d’écriture théâtrale avec plusieurs lycées du Pas De Calais.

 Lors des saisons 2008/2009 et 2009/2010, avec la collaboration de plusieurs équipes de psychologues, il mène de nombreux ateliers d’écriture avec des Foyers pour adolescentes en agglomération lilloise autour de la création Soixante qui a comme toile de fond la thématique sensible du suicide des jeunes.

 Des ateliers artistiques et des stages spécifiques :

 Eric Durand est régulièrement appelé à mener des ateliers artistiques avec des publics différents.

 En 2001 et 2002, il est intervenant théâtre au sein de plusieurs collèges du Douaisis en collaboration avec L’Hippodrome, scène nationale de Douai.

 Lors des saisons scolaires 2002 à 2005, en partenariat avec la DRAC Nord Pas De Calais, il est metteur en scène intervenant pour des ateliers de pratique artistique en théâtre et musique dans plusieurs collèges du département du Nord.

 Lors de la saison 2009-2010, il dirige des ateliers d’éveil corporel pour le très jeune public au Grand Bleu, Théâtre national pour le jeune public à Lille.

 De 2008 à 2010, il dirige des ateliers pour les étudiants au Service Culturel de l’Université de Lille II en travaillant spécifiquement autour de textes de X. Durringer et BM Koltès.

 De 2006 à 2009, il encadre les ateliers primaires et collégiens au sein de la Maison des Jeunes et de la Culture de Saint-André-Lez-Lille (59).

 En 2007, le Théâtre Le Temple à Bruay La Buissière (62) l’invite à diriger des stages spécifiques pour les lycéens avec comme support l’écriture contemporaine.

 Eric Durand, metteur en scène et interprète :

 Directeur de projets au sein du Théâtre Décomposé, Eric Durand est engagé parallèlement en tant qu’interprète par d’autres compagnies.

 Œuvres pour lesquelles il a été interprète :

 Roméo et Juliette de W. Shakespeare / Haute surveillance de J. Genet / Dans la solitude des champs de coton de B.M. Koltès / Une ombre au tableau de J.P. Dopagne / Petit boulot pour vieux clowns de M. Visniec / Hamlet de W. Shakespeare / La mare au diable de G. Sand / Chroniques des jours entiers, des nuits entières de X. Durringer / Le monte-plats de Harold Pinter / Zoo story de E. Albee.

 Depuis sa création, Le Théâtre Décomposé a été régulièrement subventionnée par La Région Nord Pas De Calais, le Conseil Général du Nord, La Spédidam, La DRAC Nord Pas De Calais (Ateliers Artistiques Théâtre et musique).

 Récemment implantée en Hautes-Pyrénées, la compagnie vient de recevoir le soutien du Conseil général des Hautes-Pyrénées.

                         

Facebook

Likebox Slider Pro for WordPress